Sélectionner une page

Occlusion et santé

par | 29 Août 2019 | Articles | 0 commentaires

Il existe une pratique de médecine traditionnelle chinoise qui consiste à claquer des dents cent fois tous les matins au réveil. L’objectif est de réveiller la force de vie et d’envoyer l’énergie aux organes par l’intermédiaire de tous les méridiens d’acupuncture pour bien commencer la journée.

Pour que cette pratique remplisse sa mission il faut que l’occlusion soit parfaitement équilibrée. Car en effet, lorsque les dents entrent en occlusion, du point de contact occlusal part une onde de choc qui est censée sortir de la dent par l’apex de la racine, et continuer sa vibration le long du méridien d’acupuncture qui est en lien avec la dent. La démonstration scientifique de ce phénomène a été faite par le Docteur Jochen Gleditsch dont vous pourrez lire les travaux dans l’article « acupuncture orale » publié le 11 avril 2019 sur NatureBio Dental 

Schéma des relations dents / méridiens d’acupuncture

C’est pour cela que reproduire à la perfection le relief de la face occlusale des dents et stabiliser l’occlusion globale de la bouche sont si important.

Car en plus de cette manifestation énergétique, l’occlusion dentaire est surtout garante de l’équilibre postural global du corps, dans les trois directions de l’espace, du sommet du crâne jusqu’à la plante des pieds.

Lorsque l’on fait de la réhabilitation globale, l’occlusion est au cœur de notre diagnostic et du plan de traitement qui en découle. Réhabiliter une occlusion c’est rétablir un équilibre fonctionnel qui pérennisera nos prothèses et les dents restantes. C’est aussi mettre le corps dans une relative symétrie qui limite les zones d’adaptation où siègent les douleurs.

Il est donc important, lors de la première consultation de bilan de pouvoir très rapidement se faire une idée précise de l’occlusion de notre patient, de comprendre l’origine de son déséquilibre et de visualiser la position d’équilibre future de la cavité buccale.

Le bilan occlusal simplifié

L’objectif ici n’est pas de faire un cours d’occlusodontie, mais de noter quelques repaires simples et très efficaces pour tracer le chemin du plan de traitement. Ce bilan peut se faire en quelques minutes lors du bilan global car il est à la base du plan de traitement lors d’une réhabilitation.

Les classes d’Angle 

1. Normocclusion

2. Retrognathie

3. Prognathie

Ceci permettra de savoir quel mouvement antéro-postérieur on va pouvoir initier pour favoriser le repositionnement mandibulaire.

La dimension verticale

Évaluer le recouvrement incisif en OIM. L’infraclusie prémolo-molaire matérialisée par une différence de hauteur entre les cuspides des PM et des canines. Faudra-t-il augmenter ou diminuer la Dimension Verticale ? Existe-t-il un calage postérieur ?

Analyse des points d’occlusion en OIM

Cela permet de savoir si le patient mastique bien, si il serre ou grince des dents, si les courbes de Wilson sont inversées (usure des têtes de condyles), si certaines dents sont en sur occlusion (trauma occlusal, poche paro), si l’occlusion est « en lego » (spasmes des masseters).

Position linguale

Evaluation de la crispation des lèvres, de l’interposition linguale pendant la phonation et la déglutition. Nécessité d’une rééducation pour stabiliser les résultats futurs.

Le Plan médian

Alignement des points incisifs médians et alignements des freins médians, en fermeture et en ouverture. Permettra de savoir si on doit recentrer les milieux lors du plan de traitement.

Fonctionnalité des ATM

Asymétrie des trajets condyliens à l’ouverture, luxation fixée ou non, claquements, crissements, douleurs, … Les symptômes devraient disparaitre, voire s’atténuer avant de réaliser les prothèses définitives.

Analyse des mouvements en latéralité

Fonction canine, contacts travaillants, contacts non travaillants, AFMP. L’équilibration occlusale devrait équilibrer tous ces repères.

Occlusion et santé

La qualité du bilan de départ permet de se projeter dans le futur, de comprendre pourquoi et comment les repères d’occlusion ont disparu et visualiser le projet final. Ce projet dépend aussi des signes cliniques du patient. Il faudrait donc prendre le temps de poser des questions pour relever les différents liens possibles entre le déséquilibre occlusal constaté et les différentes douleurs périphériques dont se plaint le patient (cervicalgies, maux de tête, dorsalgies, lombalgies, sciatiques, etc.).  Nous aurons ainsi la possibilité, tout au long de la réhabilitation, d’évaluer la pertinence des ajustements occlusaux et du repositionnement mandibulaire sur l’amélioration des symptômes.

L’objectif de cet article, si ce n’est déjà fait, est de vous inciter à vous former et de vous montrer à quel point l’équilibre occlusal est fondamental dans l’équilibre du corps et la santé globale. Voici les liens que vous pourriez retrouver :

  • Une déglutition atypique entraine des cervicalgies.
  • Une classe II avec perte de DV et langue basse sont en lien avec le ronflement et des apnées du sommeil.
  • Une déviation mandibulaire droite ou gauche peut provoquer des acouphènes, des vertiges, des tensions unilatérales du cou, des algodystrophies scapulaires, mais aussi sciatique ou tendinites genoux, chevilles, des déformations des pieds.
  • La lombalgie le matin au réveil est dans 95% des cas à associer à un trouble de l’occlusion dentaire.
  • Une malocclusion dentaire peut également avoir des répercussions sur les maux de tête et névralgies faciales ou migraines (ex : névralgie d’Arnold). Si les deux incisives centrales supérieures sont solidarisées par des prothèses ou un fil de contention rigide, cela bloque la suture palatine dans son « Mouvement de Respiration Primaire » c’est le MRP, base de travail des ostéopathes crâniens avec qui nous devons collaborer étroitement dans nous nos traitements de l’occlusion.
  • Les yeux aussi peuvent être affectés par une malocclusion dentaire (baisse de la vue et anomalie de la motricité oculaire, troubles de la convergence…).
  • A l’opposé le bassin peut se déplacer par compensation d’une malocclusion provoquant une fausse jambe courte.
  • Les genoux souffrent aussi d’un déséquilibre postural d’origine dentaire.
  • Les pieds peuvent également se déformer. Ceci est très facilement contrôlable sur un podoscope. L’empreinte des pieds est différente avec et sans gouttière !

En ce qui concerne les gouttières après avoir expérimenté toutes les formes et techniques conseillées par mes maitres en occlusion, j’en suis venue à associer plusieurs techniques dans un protocole qui aujourd’hui redonne à mes patients un confort parfois inespéré.

Thérapeutique occlusale de la supraclusion

Ma gouttière fétiche est l’activateur de Soulet Besombes, c’est un appareil fonctionnel qui se porte la nuit. Je l’utilise dans tous les cas de supraclusion, soit 90% des patients.

un activateur

  • Il permet à la langue de garder sa position de repos (la pointe de la langue au palais) pendant le sommeil.
  • Avec son anatomie semblable à celle d’un protège dents de sportif, la respiration buccale est impossible. Il stimule donc la respiration nasale pendant la nuit. Savez-vous qu’en arrière des fosses nasales se trouvent des zones réflexogènes de tous les systèmes autonomes du corps. Ces zones sont stimulées par le vent de la respiration et ainsi régulent et harmonisent la fonction des organes concernés à distance. Ainsi le port de l’activateur s’accompagne souvent un regain d’énergie même si au départ,  le patient à peur de ne pas réussir à dormir avec un appareil si gros dans la bouche.
  • Enfin, l’activateur va permettre à la mandibule de trouver sa position idéale. Sa matière souple (silicone) et sa forme stimulent l’alignement des dents antérieures et favorise l’égression du groupe prémolo-molaire mandibulaire. Avec de la persévérance et de la patience, une classe II devient une classe I sans chirurgie, sans ODF ! Chez l’adulte plus pressé ou ayant beaucoup de prothèses, la propulsion est stabilisée par des cales latérales. Ces cales seront ensuite remplacées par des collages d’overlays ou des prothèses pour recréer une dimension verticale postérieure adéquate.

Des cales

         

L’apport indispensable de l’ostéopathie

Pendant toute la durée du port de la gouttière 6/10 mois en cas de réhabilitation prothétique 2 ans/3 ans si l’on laisse les dents se placer naturellement.

Je conseille un suivi avec un ostéopathe crânien. L’apport de l’ostéopathie est fondamental car, en accompagnant le changement de position de la mandibule, ce thérapeute va lever toutes les zones de tensions créées par compensation et assurer la stabilité des résultats.

Cette période, pendant laquelle le port de la gouttière est soutenu par l’action ostéopathique, permet au corps de s’adapter à sa nouvelle posture. Le patient constate, et cela dès le but du traitement de l’occlusion, que ses douleurs et troubles associés disparaissent progressivement. Ainsi, petit à petit on va passer de la gouttière à des cales de surélévation postérieures, des cales aux prothèses transitoires et les prothèses définitives viendront couronner le retour à la santé et à la joie de vivre.

Traitement des surocclusions

Elles sont principalement iatrogènes, suites prothétiques ou orthodontiques.

Les patients s’adaptent, vivent avec. On se demande comment ils font pour tolérer cette position si inconfortable. Certains ont l’impression de fermer les dents sur des minis billes !

Dans ces cas, je préfère une gouttière thermoformée fine, mandibulaire. Les séances de meulages sélectifs se font mensuellement en alternance avec un suivi en ostéopathie. 2 à 6 séances suffisent généralement.

Bonne occlusion = Bonne vie

En effet, une dimension verticale adéquate et une occlusion équilibrée et centrée, permet un bon ancrage, augmente la force de vie et la confiance en soi. Le passage de la classe II à la classe I redonne le courage de parler, de dire ce que l’on a à dire.

L’alignement des points inter-incisifs et des freins médians permet aux rêves de devenir réalité. Ce qui est pensé sera créé. Pour ceux qui connaissent la médecine traditionnelle chinoise, le méridien gouverneur (qui pense) vient s’aligner avec le méridien conception (qui crée) au niveau des points inter incisif médian.

Et tout simplement, une personne qui n’a plus de douleur retrouve de la joie de vivre et notre mission sera accomplie.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *