Sélectionner une page

La rééducation linguale

par | 28 Mai 2020 | Actualités, Articles | 0 commentaires

Chez le fœtus on remarque que la langue est le premier organe qui bouge, car la langue intervient dans la succion et la déglutition du liquide amniotique, puis après la naissance cette fonction persiste lors de la tétée.

C’est ce que l’on appelle la déglutition primaire pendant laquelle la langue s’étale dans toute la cavité buccale avec une crispation des lèvres afin de téter avec efficacité.

Puis au fur et à mesure de la croissance, la mastication se met en place avec l’apparition progressive des dents ; Michel Montaud dit que « la mastication est la métamorphose de la succion dont elle est le stade mature »

Déglutition primaire

Dans une bouche qui tête la langue n’a pas la même position, ni les mêmes mouvements que dans une bouche qui mâche et heureusement sinon elle se ferait mordre à chaque déglutition !

Tout commence avec la sortie des premières dents vers 4/6 mois. Les 8 incisives forment la barrière antérieure pour dire aux lèvres qu’il est temps d’arrêter de téter et à la langue qu’elle doit se positionner plus en arrière pour pouvoir avaler une nourriture plus solide que du lait. Cette étape transitoire s’étale sur environ 6 mois après la percée de la première dent.

Déglutition secondaire

La nature faisant bien les choses, parallèlement, la courbure cervicale se creuse et se stabilise en lordose, entrainant la langue (de plus en plus contenue par des dents qui poussent) vers une position haute, sa pointe en appui sur la partie antérieure du palais. C’est ce que l’on appelle la position de repos, point de départ de la déglutition secondaire de type adulte (mastication /déglutition)

Vers 9 mois, le bébé tient mieux sa tête et peut se tenir assis pour commencer à manger à la cuillère des aliments plus durs qu’il va apprendre à mastiquer.

Reflexe de mastication

La présence de petits morceaux dans la bouche va déclencher le réflexe de mastication. C’est pour cela qu’il est conseillé de ne pas trop mixer les aliments. L’alimentation « petit pot » entretient la déglutition primaire. De plus, trop habitué à des purées et soupes veloutées, l’enfant ne veut plus manger de plats contenant des morceaux.

Les enfants ne mastiquent plus, avec les conséquences que nous connaissons : caries des sillons molaires, hypo développement de la mandibule (classe II), malpositions dentaires, respiration buccale, persistance de la déglutition primaire…

Les dents vont mastiquer mais la langue continue à téter.

Je vous laisse imaginer la confusion tant physique qu’émotionnelle…

Celle langue qui se bat avec les dents va provoquer de nombreux désordres car la langue est très puissante et elle s’active 24h/24.

Stade lingual

Associée à une crispation des lèvres (qui cherchent toujours à téter) les mâchoires se déforment, se développent trop ou pas assez de manière asymétrique, et puis ça chuinte et ça zozote ! Les dents ont leur progression bloquée par l’interposition de la langue entre

les dents lors de la déglutition (manque de DVO), les dents se déplacent, tout cela remplissant allègrement les cabinets des orthodontistes qui devront obligatoirement prescrire une rééducation des fonctions de la langue et de la déglutition afin d’éviter la récidive de leurs traitements. Cette rééducation qui a pour but de recréer le stade lingual, se fait par des orthophonistes ou des kinés

Exercices de rééducation linguale

Préconisés par Maryvonne Fournier, kinésithérapeute.

1°- Faire ces différents sons en gardant la langue au palais

la la la la la la

na na na na na na

da da da da da da

ta ta ta ta ta ta

2°-claquement de langue de manière tonique

3°-crissement de langue,

4°-le piston : pointe de la langue au palais, pousser la mandibule vers le bas en faisant une contre pression avec l’index sous le menton.

5°-rétracter la langue vers le bas et l’arrière, puis tirer la langue au max en rétractant les bords.

6°-étirer la mâchoire vers l’avant, la droite, la gauche en s’opposant à ce mouvement avec la main.

7°- sourire sans crisper le cou.

8°- avaler des petites gorgées d’eau en gardant la pointe de la langue au palais.

9°- tirer la mâchoire vers la bas avec les doigts et essayer de refermer la mâchoire en résistance. 

10°- faire exercices de lecture

 

Lecture pour rééducation linguale

Le jour 1 : lire la ligne 1 ;

le jour 2 : lire la ligne 1+2 ;

jour 3 : 1+2+3,

etc jusqu’à 10

En gardant la langue au palais

1) è lulu – nina – nu – uni – lu – no – non – nini

2) è toto – ni – nu –no – li – lu – lo – lolo – lino – loto (5 fois)

3) è ti- tu – lulu – loti – titi – toni – nini –toto-lino-lulli-lit-loto-nu-no

4) è nini – line – nine – tenu – tôle – une –anne – annette – lutte – toto note le loto le lino utile – lili ôte le tulle –

5) è âne – anatole – latte – lilas aline – anna – Lina a une natte – toto lit – nathalie a lu

6) è dodo – dôme commode midi – mode – date – madame – mélodie – panade – dune – étude – dîner-dînette – timide

7) è la vélo va vite – éva évite le vélo – Léonie a lavé le lino – léa a levé évelyne – Nini va à la ville – l’avenue a été nivelée –

Lina a vu une linotte – la linotte a volé

8) è dédé a été malade ; il a vidé un pot de pommade ;

Nadine a modelé une cocotte ; mado dpine d’une panade ;

Le vélo de denis dévale l’avenue ;un pavé cale la pédale du vélo ;

Denis a du dépit

Dédé donne une comédie ; il a mis un paletot démodé ;

Il imite un âne, dodeline de la tête et donne la patte à une dame ;

Il écume et vide à demi un pot de limonade

9) è sa – de si salade – savate – tissu – tasse – silo – soda – nasse – semis – cassé – sole – sève – écossé –

10) è samedi, sidonie a cassé une tasse et un pot ;

Lulu a semé de la salade à côté de la palissade démolie ;

Le semis ne lève pas de sitôt ; lulu ne se lasse pas ;

Toto dévisse sa locomotive et tape dessus ;

La tôle, pas solide , se casse ; toto a du dépit, il a été sot ;

Minet lisse sa patte ; simone savonne un tissu sali ;

Papa, assis, se délasse ; un ami passe et le salue

Appareil de posture linguale En association avec ces exercices Vous pouvez conseiller « le froggy mouth » inventé par le Dr Patrick Fellus. Il se porte entre 15 à 30 minutes par jour pendant 6 mois devant la télévision ou l’ordinateur ou en faisant ses devoirs.

Le principe est de maintenir les lèvres détendues pendant la déglutition (impossible de téter) cela implique que le patient ne peut avoir recours à son habitude de succion déglutition lorsqu’il avale sa salive. La langue viendra naturellement se positionner au palais et enclencher la respiration nasale, par la mise en place d’un circuit neuromusculaire reflexe. 

Dans les cas simples, chez des patients très motivés, le chirurgien-dentiste peut expliquer à son patient cette série d’exercices et donner la fiche de lecture. Sinon un travail avec un orthophoniste sera plus efficace.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *