ARTICLE : Le Quotidien du Médecin – Obstruction nasale de l’enfant Respirer pour être beau

par | 18 Mai 2021 | Actualités, Articles | 2 commentaires

PAR
PUBLIÉ LE 10/11/2020 
 
L’obstruction nasale chronique et la respiration orale retentissent chez l’enfant sur sa croissance faciale. Il faut intervenir avant que les anomalies ne soient fixées.

Les modèles expérimentaux et les pathologies respiratoires chroniques de l’enfant ont montré que, si l’action mécanique de l’air ne modifie pas la croissance faciale, la ventilation orale joue quant à elle un rôle important, de par l’action des muscles de la langue et de l’appareil manducateur, mais aussi via l’hormone de croissance, puisque les taux d’IGF diminuent en cas d’obstruction nasale — et reviennent à la normale après adénoïdectomie.

 

Il n’est pas besoin d’être un grand spécialiste pour reconnaître un « faciès adénoïde », chez un enfant respirant bouche ouverte, avec interposition de la langue entre les arcades dentaires supérieures et inférieures, un effacement du sillon nasogénien, des cernes marqués, une paupière inférieure un peu trop basse laissant apparaître un peu trop le blanc des yeux, avec à l’examen un palais ogival. « Il est essentiel de corriger l’obstruction nasale avant que les anomalies maxillaires et dentaires ne soient irréversibles », souligne le Dr Éric Moreddu (CHU de Marseille).

 

L’examen clinique évalue l’importance de l’obstruction respiratoire, son siège, ses éventuelles conséquences (otite séromuqueuse [OSM], surinfections, syndrome d’apnées obstructives du sommeil [SAOS]) et les facteurs favorisants (atopie, tabagisme passif). Le bilan allergologique est indispensable si on suspecte une rhinite allergique ; la rhinomanométrie ne se pratique que dans des centres spécialisés. Le scanner ou le cone beam sont surtout utiles devant une anomalie architecturale ou avant une intervention chirurgicale.

 

Prise en charge adaptée à l’âge

 

Le projet thérapeutique doit être établi en concertation avec stomatologue, orthodontiste, orthophoniste, etc. et adapté à l’âge. On commence toujours par un traitement médical, sauf en cas d’anomalie architecturale manifeste. Il a une action préventive avant l’apparition de troubles de la croissance faciale, corrective si ces troubles sont installés.

La rééducation des praxies orofaciales vise à corriger la position linguale et à réapprendre à respirer par le nez : les enfants qui ont toujours respiré par la bouche tendent à continuer même après désobstruction nasale.

L’adénoïdectomie intervient en principe après échec des traitements locaux, en première intention en cas d’OSM ou de SAOS. Il n’y a pas de limite d’âge si l’enfant est très gêné. Il en est de même pour la septoplastie. Toutefois, celle-ci ne sera pratiquée qu’avant ou après la croissance pubertaire, et devra être très économe sur la résection cartilagineuse septale. Une résection des cornets inférieurs — idéalement au laser sans effraction de la muqueuse — peut être envisagée si le test aux vasoconstricteurs est positif.

Session « Obstruction nasale chronique de l’enfant : particularités de prise en charge »

Dr Maia Bovard-Gouffrant
 
lien : https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/pediatrie/respirer-pour-etre-beau?xtor=EPR-5-%5BNL_dossier%5D-%5B20210124%5D&utm_content=20210124&utm_campaign=NL_dossier&utm_medium=newsletter&utm_source=qdm#gps_comments_thread

2 Commentaires

  1. Boffetti

    Rappelons que ‘es enfants grands et donc avachi sur leurs chaises toute la journée et les porteurs de lunettes so’ t des enfants qui respirent mal. Il faudrait, entre autre, coupler la prescription de lunettes avec une rééducation de la respiration. (séances avec orthophonistes et gym plate par la suite pour maintenir la rééducation au long court). Pour les grands même chose et faire le forcing pour que les établissements scolaires, par le biais de la médecine scolaire, tienne compte de ce handicap et fournisse automatiquement à ces enfants du mobilier adapté à leur taille. Un « Gaston lagafe » ne peux pas être attentif en cours !

    Réponse
    • Catherine ROSSI

      En effet Nadine , Vous avez raison !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.