Sélectionner une page

Péricoronarite – dents de sagesse

par | 19 Déc 2019 | Actualités, Articles | 0 commentaires

Les douleurs des dents de sagesse sont moins fréquentes qu’à une époque en raison des extractions systématiques lors des traitements d’orthodontiques. Devant l’augmentation des pratiques orthodontiques fonctionnelles, qui favorisent l’expansion des maxillaires afin de permettre à toutes les dents de trouver leur place sur les arcades dentaires, nous voyons de plus en plus de jeunes avec leurs 32 dents ! Le terrain et les émotions jouent un rôle dans les éruptions difficiles, alors que la place semble suffisante pour ces petites dernières.

Voici donc un protocole alliant homéopathie et aromathérapie qui atténue l’inflammation de la péricoronarite et stimule la pousse des dents de sagesse. Le protocole des dents de sagesse maxillaires est différent de celui des dents de sagesse mandibulaires.

Dents de sagesse maxillaires :

– Formule n°308 Weleda en dilution (belladonna D2, capsicum D2, qsp 100%),

– Mezereum D4 Weleda en dilution,

15gouttes de chaque dans un peu d’eau 3 fois par jour, espacer dès amélioration.

– Cicaparobio complexe d’huiles essentielles cicatrisantes, anti-infectieuses et antalgiques (TM centella asiatica, lavandula angustifolia, rosmarinus, thymus vulgaris, cupressus, cinnamonium cassia, aniba rosaedora, helicrysium italicum),

1 spray à appliquer directement sur la muqueuse douloureuse, 5 à 7 fois par jour, garder en bouche 1mn, avaler ou recracher en fonction de la tolérance. (Préparé par la Pharmacie des Landes +331 39 52 28 83)

Dents de sagesse du bas :

– Formule n°308 Weleda, dilution (belladonna D2, capsicum D2, qsp 100%),

– Cheiranthus cheiri D4 Weleda, dilution,

15gouttes de chaque dans un peu d’eau 3 fois par jour, espacer dès amélioration.

– Bain de bouche avec :

o HV noix de coco 1 cuillère à café

o HV millepertuis 1/2 cuillère à café

o HE lavande officinale 2 gouttes

o HE thym à thujanol 2 gouttes

o HE gaulthery 2 gouttes

o HE clou de girofle 2 gouttes

Attention de ne pas mettre plus de 2 gouttes, les personnes qui trouveraient que c’est trop fort ne peuvent mettre qu’une goutte de chaque.

Mettre le tout en bouche et faire ce que la médecine ayurvédique appelle « oil pulling », c’est-à-dire que ce mélange est gardé en bouche et pulsé entre les dents jusqu’à émulsion pendant 10 mn. Recracher ce mélange dans un mouchoir en papier qui ira à la poubelle afin de ne pas boucher les canalisations du lavabo. Traitement à faire matin et soirs après le brossage jusqu’à disparition de l’inflammation.

En parallèle de cette prescription donnée au patient, localement on peut également traiter l’inflammation de la muqueuse périphérique avec le LASER. A l’aide d’une seringue nettoyer la poche avec de l’eau oxygénée à 10 volumes et faire dans la poche des tirs de laser, ensuite bio stimuler à distance. (Adapter en fonction du protocole de votre LASER)

Les jeunes ados qui ont échappé aux extractions systématiques des dents de sagesse, à l’époque où ces dents étaient encore des bourgeons dans la mâchoire, peuvent avoir des poussées de dents de sagesse douloureuses à l’époque du Bac ou de tout autres challenges professionnels. Il serait alors peut-être intéressant d’aborder les liens entre les péricoronarites et les émotions qui accompagnent ces poussées inflammatoires. Le stress de l’examen aidant, les choix qui se décident à cette période de la vie, tant dans le domaine professionnel que personnel peuvent en plus révéler d’autres stress. En fonction de la dent douloureuse, on pourra décoder certaines blessures inconscientes du jeune étudiant :

– Si c’est la dent 18 qui est douloureuse cela signifie peut-être que le jeune ne trouve pas le sens de ses futurs projets d’études, le sens de son rôle social.

– La dent 28 lui parlera de son manque de confiance en lui et de ses doutes à mériter et à pouvoir obtenir le meilleur pour lui.

– La dent 38 révèlera son sentiment de se sentir seul, différent des autres, incompris de ses proches.

– Et la dent 48 signifiera qu’il a du mal à comprendre ou à trouver le but de sa future vie professionnelle.

Et pour finir, en ce qui concerne l’extraction des dents de sagesse, si cela s’avère nécessaire, je voudrais vous partager la règle du tout ou rien. Cela signifie que si on est amené à extraire une dent de sagesse, il faudrait extraire les 4. Cela s’explique pour des règles d’occlusion :

– Une dent qui n’a pas son antagoniste, égresse, puis interfère dans les mouvements de latéralité. Cela crée des contacts travaillants et non travaillants qui lèsent l’ATM et favorisent le trauma occlusal avec des conséquences parodontales sur la dent avec laquelle se fait ce contact traumatisant.

– Si on garde 2 dents d’un côté et pas de l’autre, il se crée à chaque déglutition une fuite linguale du côté de l’édentation qui aura des répercussions cervicales et posturales.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *