Sélectionner une page

Vitamine C : Faits contre Fiction

par | 24 Juil 2018 | Articles | 0 commentaires

Jonathan Landsman présente NaturalHealth365.

LE SOMMET DE LA DENTISTERIE HOLISTIQUE Traduction par Caroline Guellec et Catherine Rossi

VITAMINE C: FAITS CONTRE FICTION.

Notre invité est un expert internationalement reconnu sur la vitamine C, un cardiologue diplômé et auteur de six livres sur des questions liées à la santé. La plupart de son travail a été centré sur la façon de restaurer et de maintenir une bonne santé face à de nombreuses formes de toxicité auxquelles nous faisons tous face, au quotidien. (Pour plus d’informations sur Dr. Thomas Levy, visitez www.PeakEnergy.com )

Notre invité est un expert sur l’importance de la technologie liposomique, comme un moyen de fournir de façon optimale de la vitamine C, le glutathion et d’autres nutriments dans le corps par voie orale, semblant surpasser même la biodisponibilité de ces antioxydants lorsqu’ils sont administrés par voie intraveineuse.

Nous avons tous entendu parler de la vitamine C. Mais j’espère que ce programme vous donnera une meilleure idée de ce que cet élément nutritif essentiel peut faire pour vous.

Veuillez vous joindre à moi pour souhaiter la bienvenue au Dr Thomas Levy. Dr. Levy, bienvenue.
Dr Levy : Heureux d’être ici !

Jonathan: Cette conférence est uniquement éducative. Consultez toujours votre praticien habituel pour les problèmes médicaux qui vous concernent et ainsi prendre une décision éclairée. Comment la vitamine C agit-elle réellement dans le corps?

Dr Levy: Eh bien, c’est la question fondamentale, et la réponse est incroyablement simple. Biologie et biochimie peuvent parfois être si compliquées. Et quand vous commencez à voir les détails, vous pouvez voir qu’il y a des dénominateurs communs très importants sur la façon dont les molécules interagissent à l’intérieur du corps, non seulement des êtres humains, mais de tous les animaux. Et la chose fondamentale à propos de la vitamine C, c’est qu’elle est ce qu’on appelle un antioxydant. Un antioxydant donne ou abandonne ses électrons. Une toxine, une infection ou tout ce qui provoque un symptôme médical dans le corps se produit parce qu’il y a une augmentation du stress oxydatif, ce qui signifie qu’il y a plus de molécules qui ont eu leurs électrons enlevés, ils sont oxydés.

La vitamine C peut redonner ces électrons, réprimer ou maintenir le niveau d’oxydation, le stress oxydatif, et soulager les symptômes. Et quand la vitamine C est donnée suffisamment tôt, non seulement cela soulage les symptômes, mais cela

1

permet aussi de commencer à inverser le processus de la maladie. Selon la quantité de vitamine C administrée, l’âge du patient, de façon chronique ou non, cela déterminera la réversibilité possible de la maladie.

Mais la ligne de fond c’est que la vitamine C supprime le stress oxydatif. Le stress oxydatif est la seule chose qui rend une toxine toxique. Et c’est vraiment la seule chose qui rend toute infection mauvaise pour vous. Il y a alors accumulation de produits oxydés dans votre corps. Et quand le taux dépasse un certain point, et qu’il n’y a pas assez d’antioxydant comme la vitamine C, vous commencez à développer des maladies, des symptômes. C’est aussi simple que cela.

Maintenant, bien sûr, il y a beaucoup d’autres antioxydants dans le corps. La vitamine C est juste particulièrement bonne parce que c’est une petite molécule, elle est largement distribuée dans tout le corps, à peu près partout. Et même dans les zones de tissus adipeux, car elle est soluble dans l’eau, elle ne peut pas entrer, mais elle interagira avec des molécules qui sont à l’intérieur des tissus graisseux, comme les membranes avec de la vitamine E, et recharger la vitamine E à l’intérieur de la membrane. Ainsi, la vitamine C a effectivement un effet antioxydant dans tous les tissus du corps. Tous les autres antioxydants sont bons, mais ils ne sont pas aussi efficaces que la vitamine C.

Cela ne veut pas dire que nous ne devrions pas prendre d’autres antioxydants. Plus vous soutenez la vitamine C et cette fonction antioxydante dans le corps, mieux c’est. Donc, je dis toujours aux gens: « Prenez un aussi large spectre d’antioxydants que vous pouvez raisonnablement vous permettre, et aussi au quotidien des doses substantielles de vitamine C. Cela représentera un bon régime de supplémentation. « 

Jonathan: Dr Levy, je pense que c’est déjà génial la façon dont vous commencez cette intervention. Vous parlez d’outils. Il y a un point très important sur lequel je voudrais insister, de la façon dont les bactéries malsaines, les virus, des choses comme celles-ci…ce n’est pas comme si nous devions vivre dans la peur. J’aimerais avoir votre avis à ce sujet. La plupart des gens vont dans les cabinets médicaux : « Oh, mon Dieu! Tu as un virus ! Oh, vous avez ces bactéries terribles. » Et ce n’est pas comme si nous disions : « faites ceci, cela et vous n’aurez jamais d’infection aussi longtemps que vous vivrez. » Complètement irréaliste. Ce que vous avez dit, c’est de « contrôler » les maladies en les gardant dans des cellules hermétiques – c’est ce que je comprends – et également être en mesure d’ingérer des choses comme la vitamine C pour aider à nous protéger avant que l’un de ces trucs deviennent incontrôlables.

Dr Levy: Absolument! Les seuls endroits qu’un virus colonisera en premier lieu sera là où les niveaux d’antioxydants sont faibles en raison d’un régime alimentaire non adapté ou d’une mauvaise supplémentation ou d’une autre maladie chronique que la

2

personne pourrait avoir et chez qui les antioxydants seraient tous utilisés, ou leur stock épuisés.

Et si vous n’avez pas au-delà d’un certain niveau de protection par la vitamine C et d’autres antioxydants, vous allez certainement être la proie d’à peu près tous les virus, alors qu’il n’y aucune véritable raison que vous soyez frappé par un virus. La ligne de fond est que toute personne sans un niveau élevé d’antioxydants dans le corps et de la vitamine C, contracte des virus. C’est juste un fait dans tous les domaines – peut-être pas très apprécié – mais c’est un fait.

Jonathan: Eh bien, c’est la raison pour laquelle nous faisons ce programme. Et c’est pourquoi j’apprécie tellement votre disponibilité, Dr.

Avant de passer à la question suivante, je pense que c’est important d’insister sur la relation entre la vitamine C et toutes sortes de maladies (et j’aimerais que vous parliez de la façon dont cela peut aider). Et je sais que nous allons en parler davantage à la fin de la conférence. Juste pour ces nouvelles personnes, ce n’est pas comme « aller à votre pharmacie locale et acheter tout un tas de vitamine C. « La qualité de la vitamine C est importante, non? Je voudrais que vous éclaircissiez ce point.

Dr Levy: Eh bien, la quantité de vitamine C est importante, mais le plus important – en supposant bien sûr que vous ayez un produit fondamentalement bon – est d’en prendre la bonne forme et suffisamment. Je m’explique. Pour quelqu’un qui ne complète pas du tout, même une dose supplémentaire de vitamine C va vous aider. Cela ne va pas vous donner le maximum des effets positifs, mais pour quelqu’un qui ne va pas bien ou qui a d’autres maladies chroniques, même une petite quantité de vitamine C aidera.

Donc, quelqu’un ne devrait pas être découragé de ne pas complèter avec de la vitamine C simplement parce qu’il pense ne pas en prendre assez. Je recommande plusieurs grammes sur une base quotidienne par différents types de vitamine C, mais cela ne veut pas dire que c’est la seule façon de le faire. C’est simplement la

meilleure façon de le faire.
Si vous avez un budget limité, et que vous ne pouvez vous permettre qu’un peu de vitamine C, prenez-en toujours un peu parce que tout ce qui est pris sera toujours mieux que de ne rien prendre du tout.

Jonathan: Bravo, Dr Levy.
Pourquoi ne parlons-nous pas de la façon dont la vitamine C est liée à la guérison de certaines maladies?

Dr Levy: C’est incroyable, mais il y a une énorme quantité de littérature scientifique au cours des soixante-dix dernières années. Et une personne en a fait son sujet principal, le Dr Frederick Klenner. Pour moi, il devrait avoir autant de crédit d’être un

génie de la vitamine C que Linus Pauling parce qu’il a fait quelque chose que personne d’autre n’a fait.

3

Après que la vitamine C ait été découverte, isolée et purifiée par le lauréat du prix

Nobel, le Dr Albert Szent-Gyorgyi, elle a commencé à devenir disponible. Ce médecin de Caroline du Nord, le Dr Klenner, a eu l’idée que des doses de vitamine C pourraient commencer à affecter positivement un grand nombre d’infections et de

toxines différentes.
Dr. Klenner a publié une foule d’articles – je pense une vingtaine- documentant qu’il était capable de guérir – et j’emploie le mot «guérir» de la bonne manière – à peu près

tous les virus qu’il a jamais traité.
Il a pu guérir 60 cas de polio, tous les différents cas de rougeole et d’oreillons et d’autres maladies infantiles. Il était capable de faire sortir les gens des comas qui avaient une encéphalite virale, un virus infectant le cerveau. Et il le faisait avec 30 à 50 grammes de vitamine C par voie intraveineuse, ainsi qu’avec différentes formes de vitamine C par voie orale. Pour certains petits bébés, il administrait des injections intramusculaires tout en ayant d’aussi fabuleux résultats.
Ainsi, la vitamine C a été expérimentée pour guérir une grande variété de maladies

virales. Et dans de nombreuses recherches en laboratoire, dans un tube à essai, je dirai qu’il n’y a jamais eu un virus que la vitamine C n’a pas tué ou inactivé. Donc, il

n’y a vraiment aucune raison de croire qu’il y a un virus existant qui serait finalement résistant à la vitamine C car les virus ont tous un dénominateur très commun qui est

l’accumulation de fer. Et quand il y a accumulation du fer, les virus s’auto-ciblent pour la destruction par un agent comme la vitamine C.

Jonathan: Cela doit vous amuser ces rapports des médias grand public sur la propagation du virus de la grippe en Asie et en Amérique du Sud, menaçant le monde entier. Une pandémie va se produire, et personne ne mentionne un mot sur la vitamine C. Comment réagissez-vous lorsque vous êtes assis à la maison et que vous voyez un reportage comme celui-ci à la télé?

Dr Levy: Mon dieu, ça dépend de mon humeur. Je ris, je vais être dégoûté, je vais me mettre en colère contre toutes les innocentes victimes qui vont être soumises à des protocoles inutiles pour des infections virales qui peuvent être guéries. Je suis

attristé par le fait que la vérité semble encore échapper à tant de médecins ou juste ignorée par tant de médecins ou bien encore être supprimée par un certain nombre de médecins aussi. Donc, c’est toute une abondance d’émotions. Je n’ai pas de réaction particulière. Cela dépend vraiment de mon humeur. Mais c’est triste. Et avec

des émissions de radio comme celles-ci, les livres que j’écris, le patients envoyés par des confrères, les courriels que je reçois tous les jours, «Que dois-je faire pour cette personne ?  » j’espère, avant de mourir, que certains d’entre eux vont intégrer cela et ne pas passer 50 à 100 ans à d’être ignorés, supprimés ou juste être ridiculisés, même si je ne pratique pas activement la médecine clinique, je traite beaucoup de patients à bout de bras juste par mon interaction avec leurs médecins.

Jonathan: Dr Levy, cela peut être un peu difficile de répondre, mais je pensais à quelque chose. Juste sur le plan clinique, n’est-il pas vrai que tout le monde est légérement différent? Donc, ça ne veut pas dire que quelqu’un qui vient avec un virus, vous le dites très clairement, peut voir son problème résolu avec la vitamine C.

N’est il pas vrai que sur certaines personnes un dosage de 5000 ou 10 000 ou 20 000 pourrait avoir un impact, mais d’autres, qui sont gravement malades pourraient avoir besoin de 40 000, 50 000 ou 60 000 selon leurs maux? Donc, j’imagine qu’il est

4

très important de trouver un praticien de la santé qui comprend vraiment cela et reste

prudent et attentif jusqu’à l’obtention des résultats attendus. Pouvez-vous, s’il vous plaît, faire un commentaire à ce sujet?

Dr Levy: C’est absolument vrai. Et pour quelqu’un qui veut bénéficier de la vitamine C, c’est absolument essentiel. Vous avez des gens qui pourraient contracter un virus qui serait fatal, et 10 ou 15 ou 20 mg de vitamine C administrée par voie

intraveineuse tous les jours pourrait ne rien faire pour eux, alors que 50 grammes par jour les guérirait dans un délai de trois ou quatre jours. Donc, la dose est tout! Il n’y a rien de magique. Tout le monde, au cours de sa vie, a accumulé différents niveaux de toxines qui déclenchent différentes maladies. Certains ont des infections chroniques. Certains ont des canaux radiculaires obturés avec une infection dentaire vraiment significative. Toutes ces choses consomment des antioxydants. Donc, si une personne arrive, contracte un virus et a très peu d’antioxydant, une dose de vitamine C pourrait guérir cette personne, mais ne fera aucun effet sur une autre

personne qui a une énorme quantité de toxines en plus de l’infection aiguë.

Jonathan: Cela a beaucoup de sens. Docteur Levy, je sais que nous l’avons déjà abordé au début, mais j’aimerais que vous parliez un peu plus de la raison pour

laquelle la vitamine C est l’antioxydant optimal.

Dr Levy: C’est l’antioxydant optimal principalement parce que … eh bien, la nature l’a conçu comme tel. Les gens, les êtres humains, les cochons d’Inde, les chauves- souris frugivores, les primates, nous sommes les animaux malheureux qui ont perdu la capacité d’avoir la quatrième étape enzymatique dans notre foie qui prend du glucose et le convertit en vitamine C. Tous les autres animaux sauvages le font. Et si vous observez les animaux, vous verrez que la plupart des animaux sauvages vivent en bonne santé jusqu’à ce qu’ils atteignent la fin de leur vie, et puis une chose ou une autre arrive, et ils meurent. Mais ils ne passent pas 50% ou plus de leur vie à être chroniquement malades. Maintenant, c’est intéressant aussi parce que beaucoup de gens pourraient penser: « Oh, eh bien, les chiens et les chats, ils voient

le vétérinaire. Ils tombent malades. Ils souffrent d’arthrite. » C’est vrai, ils le font. Et la raison pour laquelle ils ont ces maladies est parce que les chiens ou les chats fabriquent de la vitamine C, un peu plus que les humains, mais seulement 10% de l’efficacité par rapport à une chèvre. Donc, vous avez des animaux qui fabriquent de

grandes quantités, d’autres animaux qui fabriquent de petites quantités.

Jonathan: Eh bien, Dr. Levy, aussi, quand vous avez mentionné un chien ou un chat, c’est un animal domestiqué. Ce n’est pas ce à quoi vous faisiez référence avant (Corrigez-moi si je me trompe si vous voulez dire quelque chose d’autre). Mais le loup, le loup gris d’où vient le chien, je ne vois pas ce loup qui circule, « Tu sais, mes articulations m’embêtent vraiment aujourd’hui. Je pense que je vais aller à la Fondation de l’arthrite et voir ce que je peux faire à ce sujet. « 

Dr Levy: C’est absolument vrai. Et bien sûr, l’autre chose qui va avec les animaux domestiqués c’est, tout comme les gens, un régime beaucoup plus pauvre. Vous ne pouvez vraiment pas comparer un chat ou un chien mangeant de la nourriture pour

animaux de compagnie à un loup dans la nature étant un prédateur et qui mange d’autres animaux et d’autres choses fraîches. Ils vont tous contenir plus de ce dont ce loup a besoin pour se maintenir en pleine santé. Donc, indépendamment de ce

5

que vous pensez du végétarisme ou de manger de la viande, c’est ce que font les

prédateurs, et ils restent en bonne santé grâce à cela. Lorsque vous donnez aux chiens et aux chats des aliments transformés avec des conservateurs, en plus du fait que leur foie produise beaucoup moins de vitamine C que les autres animaux de

taille équivalente, vous constaterez que les chiens et les chats restent un peu plus sains que les humains, mais ils commencent à attraper les maladies. Et une fois que ça commence, ils tombent malades comme nous, et finissent par avoir des

cataractes, devenir aveugles, avoir de l’arthrite et à peu près tout ce qu’une personne peut avoir.

Jonathan: Dr Levy, parlons de certains des facteurs qui sont impliqués dans une administration efficace de vitamine C. Je pense que ce sera un grand intérêt pour beaucoup de gens.

Dr Levy: Eh bien, d’abord, la dose. Nous en avons déjà parlé un peu. Mais

fondamentalement, si vous avez x quantité de stress, le stress oxydatif, dans votre corps, vous aurez besoin de x quantité de vitamine C ou des antioxydants pour le

traiter et le neutraliser pour permettre au corps de récupérer. Et si vous êtes toujours en deçà de ce montant ou très loin de ce montant, vous n’allez pas obtenir cet effet

positif au moins en termes de «guérison» d’une infection aiguë ou d’une toxine aiguë. Donc, la dose, c’est extrêmement important.

La route, l’itinéraire est important parce que la façon dont vous administrez la vitamine C fait une grande différence quant à la destination et l’efficacité. Rappelez- vous que le but de toute administration de vitamine C est de finalement obtenir une molécule de vitamine C côte à côte avec une molécule de toxine. Si les deux ne peuvent pas se rencontrer, la vitamine C ne peut pas faire son travail. Ainsi, vous pouvez donner de la vitamine C par voie intraveineuse. Vous pouvez la donner par voie intramusculaire. Vous pouvez réellement l’inhaler dans un nébuliseur. Elle peut être prise dans des solutions ophtalmiques. Elle peut être prise par administration rectale. Elle peut être appliquée par voie topique, à l’intérieur des oreilles ou sur la

peau. Elle peut être utilisée dans les préparations liposomiques non seulement pour prendre par voie orale, mais pour s’étendre sur la peau et être absorbé par voie transdermique.
La seule chose à retenir à ce sujet est que quelle que soit la forme de vitamine C que

vous prenez, si vous la prenez sur une zone sensible comme l’œil, elle doit être correctement tamponnée et avoir un pH neutre. Mis à part cela, la vitamine C va avoir un effet positif partout où vous l’administrerez. Et d’autant plus efficace si vous l’appliquez sur le site de la pathologie.

Le type, il existe une grande variété de types. Nous avons le type capsulé liposomale qui est une nouvelle forme assez enthousiasmante, car elle permet à quelqu’un d’obtenir oralement une plus grande quantité de la vitamine C à l’intérieur de ses cellules – pas dans le sang, mais à l’intérieur des cellules – et même en plus grande quantité que par voie intraveineuse.

Et aussi fou que cela puisse paraître, c’est parce que le liposome a un système de livraison qui permet de minuscules encapsulations de graisse de la vitamine C et

donc de traverser littéralement les cellules ou les parois cellulaires, et mettre de la vitamine C à l’intérieur de la cellule dans ce qu’on appelle un mode non énergivore.

6

Quand vous prenez réguliérement de la vitamine C, par voie orale ou intraveineuse,

cela consomme encore de l’énergie nécessaire aux systèmes de transport actif pour l’extraire du sang pour aller à l’intérieur de la cellule.
Donc, vous avez le liposome et vous avez de la poudre d’ascorbate de sodium

ordinaire, chose qui devrait être évitée. Mais c’est un tout autre sujet. J’écris un livre en ce moment sur la toxicité du calcium. Les gens n’ont pas besoin d’ingérer des formes supplémentaires de calcium. Et l’ascorbate de calcium est l’un

de ceux-là.

Jonathan: Wow! Vous venez de laisser tomber une bombe. Je sais que ce n’est pas ce que vous voulez dans cette conférence, Dr Levy, mais la dernière fois que j’ai vérifié, la supplémentation en calcium est en haut de la liste, surtout aux États-Unis.

Dr Levy: Le titre de mon nouveau livre est Death by Calcium: The Nutrient Nutrient. Et en fait, dans les deux dernières années, des études montrent qu’en augmentant la

supplémentation en calcium, vous abaissez l’espérance de vie, vous augmentez les facteurs de risques, et pas seulement les risques de maladie cardiaque. Donc, cela

soutient vraiment le concept que presque toutes les personnes âgées ont un excés de calcium dans leur corps même s’ils ont une carence en calcium dans leurs os

ostéoporotiques.

Jonathan: Est-il juste de dire que toute cette idée que vous venez d’évoquer est l’idée que le corps humain est calcifiant – ce qui signifie devenir dur comme un roc. Pour moi, intuitivement, je ne suis pas Docteur, il ne me semble pas que ce soit quelque chose que vous voulez faire pendant que vous êtes en vie.

Dr Levy: Absolument pas. Et il ne fait aucun doute que la supplémentation en calcium alimente l’inflammation, le feu. Mais ce qui est encore plus important, c’est que des quantités substantielles de calcium alimentaire alimentent le feu. Alors, les personnes qui consomment beaucoup plus de calcium meurent plus tôt.

Jonathan: Et toutes ces vitamines C synthétiques, tout cela augmente le calcium – par exemple les jus d’orange enrichis en vitamine C commercialisés dans la grande distribution – je sais en fonction de votre humeur, vous devez rire ou parfois, vous devez pleurer à cause de ce genre d’informations, ai-je raison, docteur Levy?

Dr Levy: Eh bien, c’est le grand mot, « marché ». Les gens ont juste besoin de se rappeler – les médecins aussi – que le marketing n’a rien à voir avec la science. Le marketing est le marketing. Et tout ce que le marketing vise à faire est de vendre un produit (dans l’espoir, d’une manière légale, mais pas toujours) sans aucun respect pour la vérité absolue. C’est simple. Par exemple, le lait fait du bien au corps. Vous ne dépassez jamais votre besoin de lait. Le lait est naturel. Nous avons été inondé par cette information toute notre vie, et cela a été efficace parce qu’il n’y a guère de personne sur terre qui ne pense que le lait est bon pour notre alimentation. La plupart des gens savent qu’il ne faut pas en prendre trop, mais ils pensent que certains sont bons. Et moi je dirai … pas vraiment.

Jonathan: Bien sûr! Des os et des dents sains contiennent beaucoup de fluorure toxique provenant de compagnies chimiques et les gens consomment également tous ces produits laitiers conventionnels avec du pus et des bactéries. Il est

7

homogénéisé et pasteurisé, et tous les types de nutriments qui pourraient être dans

le lait cru sont complètement tués. C’est le genre de choses que nous devrions consommer tous les jours pour être très fort, n’est-ce pas, Dr Levy?

Dr Levy: Absolument! Et c’est intéressant parce que tout cela est lié à la vitamine C et aux antioxydants parce que je vais vous le dire, l’ostéoporose est en fait le scorbut des os.

La raison pour laquelle les gens développent l’ostéoporose est parce qu’ils ont complètement épuisés toute la vitamine C non seulement dans tout leur corps, mais surtout à l’intérieur de leurs os.
Donnez une grande quantité de calcium, vous augmenterez la densité osseuse, mais vous ne diminuerez pas les risques de fractures. Donc, ce que vous faites, c’est un changement cosmétique tout en permettant à la personne d’avoir encore plus de calcium dans le reste de son corps, là où elle n’en a pas besoin.

Lorsque vous restaurez l’état antioxydant à travers un certain nombre de

mécanismes (qui bien sûr sont discutés dans le livre), vous finissez par reconstruire l’os, en augmentant le calcium là où il doit être et dans la matrice minérale de l’os,

tout en mobilisant et en dissolvant le calcium qui est accumulé et déposé dans tout votre corps.

Jonathan: Vous avez déjà mentionné ce terme auparavant. Je ne pense pas que ce soit quelque chose que nous devrions sauter si vite. Quand vous avez dit « refroidir le feu » ou « éteindre le feu », tout ce que nous entendons dans les médias traditionnels sont: « Oh, faites ceci, faites cela. L’inflammation est la racine de toutes les maladies. Nous devons faire quelque chose à propos de cette chose terrible appelée inflammation.  » Et encore une fois, personne ne parle de prendre plus de vitamine D, de prendre plus de vitamine C, d’obtenir plus d’antioxydants dans le corps. On dirait des campagnes de peur. Ça y ressemble.

Dr Levy: Eh bien, c’est drôle que vous disiez l’inflammation parce que quand ils disent « l’inflammation est la racine de tout maladie », ils ont raison, mais ils ont tort.

Laissez-moi vous expliquer ce que je veux dire par là.
L’inflammation n’existe que lorsque vous avez augmenté le stress oxydatif et diminué l’antioxydant comme la vitamine C. Lorsque ces conditions sont réunies, vous avez une inflammation, par définition. Et c’est finalement une situation qui est très

commune. C’est ce qui déclenche une maladie cardiaque, vous perdez la vitamine C à l’intérieur de vos parois endothéliales à cause, en général, de toutes les toxines et microbes qui sortent de vos dents qui ont traitement canalaire et qui sont entrés dans votre sang et s’installent à l’intérieur vos artères. Et quand le taux de vitamine C descend, les oxydants commencent à augmenter, c’est là qu’apparaît l’inflammation. Donc, ils ont raison et ils ont tort. C’est de l’inflammation, mais ils ne semblent pas encore réaliser que l’inflammation est un fort déséquilibre focal du pro-oxydant à la capacité antioxydante.

Jonathan: C’est vrai! Et ce programme est centré sur cela, c’est pourquoi je suis si heureux que vous soyez ici, parlant de la valeur de la vitamine C. Nous savons que ce programme est bien documenté, et qu’il s’exportera encore pendant plusieurs

années avec Linus Pauling. Mais encore une fois, j’ai commencé ce programme en disant : « J’espère que les gens apprécieront pleinement la valeur de la vitamine C parce que c’est un outil très puissant. Nous ne devrions pas seulement regarder

8

l’inflammation: « Oh, mon Dieu! Je suis une victime du cholestérol ». Non, le

cholestérol arrive en se posant sur les artères pour les aider à se réparer. Personne ne parle de la source du problème. Et c’est ce que vous mettez en évidence maintenant, Dr Levy.

Dr Levy: C’est un peu ironique, si vous voulez, mais c’est en fait ce qui fait mal, la diffusion de bonnes informations à propos de la vitamine C, plus que toute autre

chose. A peu près tout le monde dans la population sait que la vitamine C est bonne pour la santé. « Ouais, je le sais. Je n’ai plus besoin de toi. La vitamine C est bonne pour nous, bien sûr.  » Et c’est là que s’arrête leur éducation.
Ce qu’ils n’ont jamais la chance de réaliser, c’est que non seulement la vitamine C est bonne pour la santé, mais quand vous en prenez en grande quantité, et que vous arrêtez de la neutraliser dans votre corps, ce n’est pas seulement bon pour vous, cela va vous garder en bonne santé, éliminer le risque de contracter un grand nombre de maladies, guérir à peu près toute infection que vous pourriez avoir,

neutraliser toute toxine ou poison que vous pouvez accumuler à l’intérieur de votre corps.

Donc, vous savez que la vitamine C est bonne pour la santé, mais c’est comme la pointe de l’iceberg. Et ainsi, assez ironiquement, le fait de connaître les bénéfices de

la vitamine C empêche d’investiguer plus loin sur ces bénéfices.
C’est pourquoi je pense que mon nouveau livre pourrait vraiment réconcilier l’évidence et l’investigation. Tout le monde pense que le calcium est bon pour la santé, mais que penser quand on découvre qu’on s’empoisonne en prenant du calcium.
Nous savons que la vitamine C est bonne pour nous, alors nous en prenons. Mais pas assez! Que faire quand on découvre que dans notre quête d’une bonne santé, on soigne notre corps et en même temps on l’empoisonne. Mon livre va peut être avoir un impact. Nous verrons…

Jonathan: Oh, croyez-moi, je serai là pour voir ça, docteur Levy. Je ne pourrais pas être plus d’accord avec vous. Je suis impatient de vous avoir à nouveau avec nous !

Revenez nous voir. Nous allons consacrer une conférence entière sur tout ce concept de calcium et ce que les gens pensaient à l’origine. Je suis sûr qu’ils vont changer leur point de vue avant la fin du programme.
J’aimerais parler de cette idée du Protocole Multi-C dont je sais que vous faites

partie. En quoi est-ce efficace ? Parlez-en s’il vous plaît.

Dr Levy: C’est tellement efficace que même dans les circonstances les plus rares – c’est si rare que je ne peux même pas vous trouver un exemple – la seule fois que la vitamine C échouera à améliorer sensiblement une condition – je ne dis pas « Guérir », ça ne va pas tout guérir- mais la seule fois où ça ne va pas améliorer une condition, cela va quand même rendre une personne moins symptomatique.

Donc, même si vous ne prenez que quelques pilules par jour de vitamine C, si vous avez une maladie dégénérative chronique ou une infection ou une inflammation chronique, en vous assurant de faire vraiment le maximum pour vous soigner, vous ne pouvez pas déclarer que la prise de vitamine C est un échec ou un traitement inadéquat, jusqu’à ce que vous ayez au moins pris plusieurs grammes par jour de

vitamine C liposomale. Cette forme de vit C est absorbée à l’intérieur des cellules. En comparaison, des doses de plusieurs grammes de poudre d’ascorbate de sodium nettoient l’intestin, neutralisent les toxines et n’apportent pas de vitamine C dans

9

votre espace intracellulaire comme les liposomes, mais restent dans les espaces

extracellulaires du corps …

Jonathan: Attends! Dr Levy, cela aiderait-il les gens avec un Candida ? Pouvez-vous

en parler un instant?

Dr Levy: Bien sûr, absolument! Ce que vous pouvez faire, c’est commencer à

répandre la vitamine C dans l’intestin. Je ne suis pas pour promouvoir la vitamine C comme LE remède pour le Candida, mais pour beaucoup de gens, s’ils commencaient par prendre de l’ascorbate de sodium en poudre de façon régulière jusqu’à (ou même dépasser) la limite de la tolérance afin d’avoir une diarrhée lâche appelée C-flush, puis en prenant une bonne formule probiotique pour aider à repeupler l’intestin une fois nettoyé par la vitamine C, ce problème cesserait d’exister, absolument.

Jonathan: Attendez une minute! Dr. Levy, vous venez de lire dans mon esprit aussi. J’attendais le bon moment pour vous demander ceci. Et je sais qu’il y a littéralement

des milliers de personnes qui écoutent ce programme en ce moment qui se disent : «Quand va-t-il poser des questions sur la diarrhée ?» C’est une chose commune chez

les gens qui prennent de la vitamine C, « Oh, mon Dieu! Ce truc n’est pas bon pour moi. Ça m’a donné de la diarrhée. Je vais arrèter de prendre la vitamine C tout de suite.  » Que diriez-vous à ces gens?

Dr Levy: Je dirais qu’ils oublient un point. La diarrhée n’est pas un effet secondaire. C’est un effet désiré. Maintenant, si vous ne voulez pas faire face à la diarrhée, ne prenez pas la vitamine C au point de provoquer une motilité accrue dans votre intestin. Après avoir pris de la vitamine C en poudre pendant quelques jours, vous trouverez rapidement la dose que vous pouvez prendre sans effet « néfaste » sur l’intestin. Mais avoir cette diarrhée sur une base raisonnablement régulière – pour la plupart des gens, une fois par semaine – ce serait une bonne idée. Elle nettoie l’intestin, se débarrasse des toxines bactériennes anaérobies (le même type qui sont

présents dans une bouche toxique viennent de votre intestin), et augmente sensiblement la capacité antioxydante dans votre corps. Donc, le C-Flush est génial. Mais si juste mentalement ou émotionnellement vous n’aimez pas l’idée d’avoir une brève diarrhée dégageant votre intestin, eh bien, vous pouvez l’éviteren diminuant

les doses. Mais ce n’est pas un effet collatéral, et cela ne doit pas être évité en pensant que c’est quelque chose de mauvais.

Jonathan: Mais est-ce aussi raisonnable, Dr Levy, de dire que, parfois, beaucoup de ces choses-là arrivent et il s’agit juste de bon sens. Si vous avez la diarrhée disons un ou deux jours, n’est-il pas vrai qu’elle peut s’estomper toute seule ? Je veux dire, beaucoup de fois, les gens ont tendance à dire: «Oups, j’ai eu la diarrhée une fois. Je m’arrête complètement » et ils abandonnent. Et s’ils continuaient juste ? Est-ce que le corps ne s’adapterait pas à un moment donné et les choses se calmeraient d’elles mêmes?

Dr Lévy : Eh bien, le point de la diarrhée est généralement atteint lorsque la vitamine C cesse de neutraliser, elle cesse d’être absorbée et se présente jusqu’au côlon. Et même si ce n’est pas une régle absolue, en général, les patients les plus malades ont besoin de plus pour atteindre la diarrhée que les patients en meilleure forme.

10

C’est parce que le corps a besoin d’absorber plus de vitamine C pour faire face à la toxicité. Une chose sur laquelle le Dr. Cathcart a travaillé dans les moindres détails. Donc, d’un jour à l’autre, il y a des variations parce qu’il y a des jours où vous pourriez avoir un défi viral. Vous pourriez avoir affaire à une quantité importante de stress, d’autres choses qui consomment des antioxydants. Toutes ces choses affecteront cette sensibilité biliaire. Donc ce qui est important lorsque les gens prennent beaucoup d’ascorbate de sodium par voie orale, il faut délibérément en prendre assez pour faire un C-flush, c’est de le faire en tout début de matinée, à jeun. Si vous décidez plus tard dans la journée, après avoir déjeuné, de faire un C- flush, vous pouvez provoquer une énorme accumulation de gaz qui a du mal à sortir. Et vous pouvez être très, très mal à l’aise parce que certains aliments restent dans l’intestin un certain temps, et vous ne les pousserez pas plus vite qu’ils ne sont prèts à passer.

Jonathan: Oui, c’est logique. Donc, en d’autres termes, vous avez la diarrhée toute la nuit, vous avez dormi, vous vous êtes hydraté. C’est une sorte d’activité nocturne. Et le matin, vous ingérez la vitamine C. Ce serait vraiment la meilleure façon de faire.

Dr Levy: Oui, c’est tout à fait correct.

Jonathan: Alors, parlons de … Je veux que vous expliquiez cette vitamine C. Comment ça marché Tout d’abord, Qu’est ce que c’est que ce truc ? Et pourquoi ça marché

Dr Levy: Eh bien, la plupart des gens sont préoccupés par la vitamine C de ratissage, s’ils ont une infection aiguë ou une intoxication aiguë, un empoisonnement, vous leur donnez de la vitamine C, il neutralise, il guérit, et ils se sentent bien. Mais la vitamine C mobilise également les toxines.

Donc, il y a un sous-ensemble de personnes (que vous ne pouvez pas vraiment identifier à l’avance) chez qui, lorsque vous commencez à administrer de fortes doses de vitamine C par voie intraveineuse, la vitamine C pénètre dans la cellule,

allume à nouveau les enzymes précédemment inactives ou oxydées qui aident à expulser les toxines des cellules, et la forte dose de vitamine C pousse une charge de toxines dans le sang et les gens se sentent mal. Ils se sentent malades. Eh bien, les médecins doivent apprendre, et ce très facilement, comment remédier à ce que j’appelle le « Mop-up vitamine C ». Je m’explique : par exemple, si 50 grammes en intraveineuse vous fait sentir horriblement mal après environ une heure à une heure et demie parce que cela entraîne la libération des toxines dans le sang, devinez comment vous remédiez à celà Vous poursuivez avec encore 15 à 25 grammes de vitamine C administrés en deux fois en une heure à une heure et demie.

Cette quantité de vitamine C ne suffit pas pour continuer à éliminer les toxines des cellules, mais c’est suffisant pour neutraliser les toxines circulant dans le sang après la première dose de vitamine C.

11

Et c’est important parce que cela permet aussi aux médecins d’administrer

délibérément des niveaux élevés de vitamine C qu’ils n’avaient peut-être pas envisagé avant parce qu’ils ne voulaient pas faire face à des patients qui se sentent mal, ce qui est normal. Si le patient se sent mal, il ne va probablement pas revenir, et

il ne va pas aller mieux. De cette façon, cela permet de pousser et de donner des doses beaucoup plus élevées de vitamine C sans se soucier de provoquer cette réaction de désintoxication parce que la vitamine C va éponger, fournir une réponse

simple et c’est un moyen facile d’avoir des gens qui se sentent bien au moment où ils quittent le cabinet.

Jonathan: Je suis content que vous souleviez cette question parce que, souvent, dans le monde de la santé naturelle, nous entendons ce terme tout le temps, « Oh, c’est si important de se désintoxiquer. » Mais je pense que c’est encore plus important quand ce mot permet aux gens de se rendre compte que si vous avez une inflammation dans votre intestin, si vous avez des problèmes digestifs ou d’autres

problèmes de santé, ce sont juste des toxines qui ont été piégés quelque part dans votre tissu corporel, et elles sont juste libérées, mais elles sont toujours prises au

piège dans votre corps! Cela peut causer toutes sortes de problèmes comme des arythmies cardiaques, des maux de tête, des problèmes de vision, etc.

Ceci est extrêmement important puisque lorsque nous parlons de la désintoxication, nous parlons aussi de respecter le processus d’élimination et veiller à ce que cela se produise.

Dr Levy: Eh bien, la phrase que j’ai toujours utilisée est que la désintoxication est aussi une retoxification. Quand il y a des toxines qui sortent du corps, il y a des toxines qui entrent. Et oui, si les détoxifications sont faites d’une manière extrêmement imprudente en utilisant des doses élevées de certains des agents de prescription comme DMPS, cela peut atteindre le système immunitaire, engendrer un cercle vicieux et entraîner les patients dans des maladies graves. Cela ne doit pas être le cas. Il ne faut pas aller trop fort sur une cure de désintoxication si on ne donne pas au corps le support antioxydant en intraveineuse pour traiter les toxines au fur et

à mesure qu’elles sortent.

Jonathan: Exactement! J’ai vu des gens dans le passé qui sont très, très malades, affaiblis, vraiment fragiles, et puis ils se tournent vers des remèdes homéopathiques

qui sont conçus pour détoxifier. La personne n’a jamais a été vue par le praticien de la santé. Je ne frappe pas l’homéopathie. Je pense que c’est super. Mais regarder un individu comme ça, ne pas avoir pu pleinement apprécier la nourriture qu’il a mangé hier, la veille, le mois dernier, le mois précédent, l’activité, son mode de vie… on voit les limites de ce genre de pratique : «Tiens, prends quelques gouttes. » Cette volonté d’éliminer certaines toxines par des médicaments, met, je pense, le patient en danger. Et je vois ça arriver régulièrement. Cela m’attriste vraiment.

Dr Levy: Trop de gens et trop de médecins arrêtent leur processus de réflexion à « Eh bien, si vous avez beaucoup de toxines en vous, il est certainement bon de les sortir.  » Eh bien, déclaré de cette façon, c’est vrai! Mais il y a différentes façons de les sortir. Et si vous les sortez trop vite, vous pouvez réellement faire plus de mal que de bien

en les laissant intactes. Donc, c’est une épée à double tranchant. Les gens ont besoin d’un médecin qui est conscient du fait que les patients ont besoin que leur système immunitaire soit soutenu en tout temps. Vous ne pouvez pas agiter la

12

baguette magique et aller du point A au point B aussi simplement. Vous devez gérer

toutes les étapes entre les deux points pendant un traitement.

Jonathan: D’accord! Alors, Dr Levy, je sais que c’est une très grande question, mais

fermons le programme de cette façon. Disons que je vois un patient, en assez bonne santé. Son énergie est bonne. Il n’y a pas de maladie diagnostiquée. Il souhaite prendre de la vitamine C. Quelle recommandation faites-vous ? Pouvez vous nous

faire part du traitement que vous mettriez en place pour ce patient ? Je sais qu’on ne peut pas trop approfondir sur une conférence assez courte.
Mais aussi, que recommanderiez-vous à un patient qui ne se sent vraiment pas bien ?

Faire éclater le taux de vitamine C dans le corps ? Je ne pense pas que vous recommandiez cela !
Que devrait faire un professionnel de la santé? Devrait-il visiter votre site Web?

Dr Levy: Eh bien, pour le bien-être général, en prenant habituellement 1 à 2 grammes d’un liposome-encapsulé de vitamine C par jour comme de LivOn Labs, si

vous ne savez pas où en est votre tolérance biliaire, et si cela ne provoque pas de diarrhée, 3 ou 4 ou 5 grammes de poudre d’ascorbate de sodium par jour, avec 1 ou

2 grammes de palmitate d’ascorbyle (qui est une forme liposoluble), c’est un bon régime.

Jonathan: Donc, pour être clair, docteur Levy, vous recommandez ce protocole multi- C ? Ce n’est pas comme, « Oh, hé, il suffit de prendre cette vitamine C et tout ira bien « ?

Dr Levy: Ce que je viens de dire est la meilleure façon de le faire, mais il y a beaucoup de gens qui feront parfaitement bien si ils prennent juste un paquet de liposome par jour ou s’ils prennent régulièrement 4, 5 ou 6 grammes de vitamine C par jour.

Jonathan: Bien sûr!

Dr Levy: Cela fera l’affaire pour beaucoup de gens très longtemps, mais il faut qu’il sachent qu’il y a d’autres traitements possibles.

Jonathan: Et maintenant, passons aux patients, Dr Levy, pour quelqu’un qui écoute ce programme et qui a un membre de sa famille qui est malade. Les patients ne sont pas médecins !
Que conseilleriez-vous à cette personne de faire ? Doit-elle vous contacter? Comment les médecins se forment-ils à ce sujet ?

Dr Levy: Probablement l’un des moyens les plus pratiques d’aborder cela – et ils ont certains de ces documents pour autant que je sache dans la plupart des États du pays – il y a un groupe appelé le Collège américain pour l’avancement de la médecine. Le site web est ACAM.org.

Ils ont une liste de documents. Je ne vais pas vous dire que tout le monde est

éclairé, mais ils connaissent tous les bénéfices de la vitamine C. Même si ils ne l’utilisent pas dans leur pratique quotidienne de la médecine.

13

En pratique, ils connaissent un médecin auquel ils pourraient vous référer s’ils ne le

font pas eux-mêmes.
C’est par là que vous devez commencer. Vous devez commencer par un médecin qui peut vous écouter, vous évaluer, vous faire faire un test sanguin ciblé, tout ce qui est

approprié dans un examen médical approfondi pour savoir quoi faire et que donner pour débuter un traitement antioxydant ainsi que tous les médicaments dont vous pourriez avoir besoin ou non.

Jonathan: Docteur Levy, je tiens à vous remercier pour votre temps. Et je tiens à remercier nos auditeurs d’avoir été avec nous aujourd’hui.
Pour plus d’informations sur Dr. Thomas Levy, visitez PeakEnergy.com.
Je suis votre hôte, Jonathan Landsman. J’espère que vous avez apprécié ce programme. Merci pour votre soutien.

Nous nous reverrons bientôt, prenez soin de vous.

14

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *